Religion et Magie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Religion et Magie

Message par DIEU le Lun 28 Juil - 8:34

Religion et Magie
 
Lorsque les Kami Fondateurs fédérèrent la jeune humanité, ils découvrirent que leurs protégés avaient déjà une
multitude de croyances dont certaines allaient à l'encontre des enseignements de leurs nouveaux souverains. Les
choses se compliquèrent encore avec les aptitudes inégalées du mortel Isawa envers la magie élémentaire ainsi
que l'arrivée de Shinsei. On doit au deuxième empereur, le fils de Hantei lui-même, d'avoir unifié les différentes
composantes religieuses de la nation en un tout cohérent.
 
Le coeur de la religion rokugani est le culte d'Amaterasu, Dame Soleil (et dans une moindre mesure celui
d'Onnotangu, Seigneur Lune que l'on tente surtout d'apaiser). Souveraine de la création, mère des fondateurs de
l'Empire, sa faveur marque les rokugani et les distingue des peuples encore barbares au delà des frontières de
Rokugan.
 
Amaterasu et Onnotangu résident dans le Paradis Céleste, le Tengoku. Ils règnent sur ce royaume de lumière
mais en partagent les domaines avec d'autres puissances.
Les Sept Fortunes Majeures sont les principaux dieux que les humains vénéraient lorsque les Kami les
découvrirent. Une fois le système religieux unifié, ces sept divinités furent considérés comme des alliés
d'Amaterasu et lui rendent hommage en siégeant auprès d'elle dans le Tengoku. Les Sept sont :
 
- Benten : fortune de l'amour romantique et de la beauté
- Bishamon : fortune de la force
- Daikoku : fortune de la richesse et de l'abondance
- Ebisu : fortune du travail honnête
- Fukurokujin : fortune de la sagesse
- Hotei : fortune de la satisfaction
- Jurojin : fortune de la longévité
 
Dans leurs représentations classiques, les sept sont de sexe masculin, à l'exception de Benten.
Il existe aussi une infinité de Fortunes Mineures, de divinités qui pour la plupart ont des origines très modestes,
voire purement locales. Le mandat céleste que chaque Empereur reçoit d'Amaterasu lui donne également la
prérogative après la mort d'un de ses sujets d'élever l'âme du défunt au rang de Fortune Mineure, et donc de
donner naissance à un culte lui rendant hommage. Bien que cet événement soit rarissime, il existe des dizaines,
des centaines de divinités mineures dont les chapelles et les mémoriaux parsèment l'Empire. Certaines sont des
mortels divinisés par un empereur, d'autres des divinités mineures antérieures à la fondation de l'Empire et
quelques unes ont des origines encore plus nébuleuses. Parmi les nombreuses fortunes mineures, on peut en citer
plusieurs particulièrement connues :
 
- Emma-O, le juge des morts qui reçoit les âmes défuntes et les envoie vers leur destinée future.
- Osano-Wo, fortune de la Foudre et du Feu. Second fils du kami Hida et dont la mère était le Dragon du
Tonnerre, Osano-Wo est réputé pour sa nature passionnée et colérique.
- Inari, fortune du riz et du bon grain ainsi que protecteur des renards
- Suitengu, gardien des eaux, fortune tutélaire des marins et des pécheurs
 
A l'écart des Fortunes, on trouve aussi d'autres puissances de nature encore plus mystérieuses, les Dragons. Au
minimum, il y aurait au moins six Dragons. Cinq d'entres eux incarnent les éléments (Air, Eau, Feu, Terre et
Vide). Le sixième est le Dragon du Tonnerre qui s'est déjà manifesté plusieurs fois dans l'histoire de l'Empire et
dont un avatar aurait été la mère d'Osano-Wo. On parle d'autres dragons plus mystérieux et plus reclus mais les
avis divergent à leur sujet. Les Cinq Dragons Elémentaires se mêlent rarement des affaires mortelles et ne
cherchent pas vraiment à ce qu'on leur rende hommage. Il leur arrive cependant de transformer un mortel en
Oracle, en avatar de leur pouvoir dans le Ningen-do, le monde des humains.
Enfin, les Kami Fondateurs sont censés résider à nouveau auprès de leurs parents, la croyance populaire
considérant qu'au fur et à mesure qu'ils sont morts, les Enfants de la Lune et du Soleil ont pu retourner au
Tengoku.
 
Du point de vue des mortels, ces puissances sont souvent énigmatiques, capricieuses voire imprévisibles et l'on
essaie autant de se les concilier que d'éviter d'attirer leur courroux. Bien que certaines des puissances célestes
soient de nature plus compatissante ou tolérante que d'autres, elles suivent des contraintes et ont des objectifs
tellement distincts du quotidien de l'humanité qu'il leur arrive fréquemment d'agir de manière apparemment
arbitraire, voire cruelle. Les rokugani sont convaincus que chaque chose dans l'univers a sa place et qu'il existe
une raison à cela, même si cette raison n'est pas forcément aisée à comprendre.
L'univers n'est pas peuplé que de mortels et de puissances célestes mais aussi de divers êtres de nature plus
exotique. Les plus omniprésents et paradoxalement les moins visibles pour la plupart des habitants de l'Empire
sont les kami élémentaires (à ne pas confondre avec les Kami Fondateurs, les enfants de la Lune et du Soleil).
 
Chaque roche, chaque arbre, chaque ruisseau possède un esprit, un kami, qui est lié à un des quatre éléments et
bien que ces esprits se manifestent rarement de manière évidente (en dehors du fait que la source d'eau coule, la
flamme dans la lanterne brûle et ainsi de suite…), il est important de se les concilier. Lorsqu'une source se tarit
ou qu'un tremblement de terre détruit un village, on considère que les gens qui habitent dans les parages ont soit
commis quelque chose qui a offensé les kami ou ont négligés leurs devoirs spirituels trop longtemps. Rokugan
est un empire ou les manifestations de déplaisir des kami (ou des puissances supérieures à travers les kami) sont
légion, ce qui montre bien que la voie des cieux est particulièrement difficile à comprendre. Les tremblements de
terre, les tsunami et les tempêtes sont fréquents et témoignent de la nature capricieuse et incompréhensible des
kami qui habitent toute chose ainsi que de la volonté énigmatique des Fortunes et des Dragons.
 
Enfin, les rokugani rendent hommage à leurs ancêtres, qu'ils soient liés à eux par le sang ou parce qu'ils portent
le même nom et appartiennent à une vaste famille qui servit cet ancêtre autrefois. Ainsi, tous les samurai de la
famille Doji par exemple rendent hommage à Dame Doji et à certains défunts qui ont donné encore plus d'éclat à
ce nom prestigieux bien que la quasi-totalité de ces samurai (plusieurs dizaines de milliers) ne soient pas les
descendants par le sang de la fondatrice du clan de la Grue. Chaque demeure de l'Empire abrite ainsi une tablette
funéraire ou un petit autel devant lequel se recueillir et faire des offrandes aux ancêtres de sa famille. Cette
pratique est répandue à tous les niveaux de la société. Certains ancêtres particulièrement prestigieux (comme les
fondateurs de certaines familles de samurai ou les Sept Tonnerres par exemple) se voient élever des mémoriaux
spécifiques ou même des temples voués à perpétuer leur souvenir.
 
Fondamentalement, on pourrait résumer les choses ainsi : pour les rokugani, tout ce qui est visible et même
invisible participe de l'ordre naturel de l'univers, de la Roue Céleste. Les vivants doivent accomplir leur destinée
et les esprits qui les entourent, les divinités et les âmes des défunts doivent être priés ou au moins respectés car
sans leur soutien ou leur neutralité, un sort funeste attend l'homme orgueilleux et insensible.
 
Même les Sept Fortunes Majeures ou la Dame Soleil agissent parfois avec cruauté ou malignité. Pour des raisons
souvent nébuleuses et qui quelque fois seulement s'avèrent par la suite bénéfiques aux pauvres mortels.
 
Organisation de la Religion
 
Héritier de Dame Soleil, l'Empereur est non seulement le dirigeant de l'Empire d'Emeraude mais aussi le gardien
de ses institutions religieuses. Il est donc théoriquement l'autorité spirituelle suprême bien qu'en dehors du palais
impérial cette autorité ne se manifeste qu'à travers quelques édits du souverain. L'essentiel de l'activité religieuse
rokugani est orientée selon deux pôles :
 
- les Shugenja sont des prêtres membres de la caste des samurai et ils accomplissent donc toutes les formalités
religieuses pour leur caste. Bien que certaines familles de l'Empire (les Isawa, les Yogo, les Asahina, les Agasha,
les Soshi, les Kuni et les Kitsu entres autres) aient de très anciennes traditions spirituelles, il ne suffit pas de
naître dans l'une d'elles pour devenir shugenja. En effet, en plus de leurs devoirs religieux, les prètres-samurai
doivent leur statut au fait que les kami élémentaires répondent bien plus favorablement à leurs prières qu'à celles
des autres mortels. De nombreuses procédures visent à déterminer si les enfants issus de lignées prometteuses
attirent l'attention ou sont capables d'influencer les kami et ceux qui entrent dans ce cas de figure sont alors
formés à devenir des shugenja. Il n'y a pas de shugenja heimin et l'on considère généralement que si les kami
sont enclins à répondre aux prières de certains samurai, c'est bien parce qu'ils sont la caste privilégiée par les
fondateurs de l'Empire et obéissent donc à des principes supérieurs. Bien que l'on considère les prières adressées
aux kami élémentaires comme l'équivalent de sorts magiques, il s'agit d'une magie sacrée qui n'a rien à voir avec
la sorcellerie interdite, la maho. Chacune des grandes lignées de shugenja de l'Empire possède ses propres rituels
et croyances qui détaillent et expliquent les innombrables mystères des kami élémentaires qui ne sont pas plus
aisés à comprendre que les puissances du Tengoku. Bien que leur statut de religieux influence considérablement
le quotidien des shugenja, ils demeurent aussi des samurai et sont donc amenés à représenter leur clan, fonder
une famille, défendre leur honneur et ainsi de suite comme n'importe quel guerrier (bushi).
 
- l'autre versant religieux de l'Empire est constitué par les Moines qui se veulent les héritiers des enseignements
de Shinsei. Les moines peuvent avoir des origines assez diverses. Certains sont des heimin recueillis en bas âge
par un monastère à la suite d'un désastre et élevés dans la rigoureuse discipline de leur ordre. La plupart des
familles de samurai pratiquent également l'Inkyo ou retraite. A partir de quarante ans, un samurai peut choisir de
se retirer du monde pour trouver l'illumination qu'il lui était impossible de chercher tant qu'il était accaparé par
les devoirs de sa caste. Il lui faut alors renoncer à son nom et à tout ce qui faisait son ancienne vie et, avec la
permission de son suzerain, quitter définitivement son clan pour entrer dans les ordres. Certains clans comme le
Dragon ou le Phénix voient cette étape dans la vie d'un homme comme normale et même honorable alors que
d'autres comme le Lion ou le Crabe s'y plient bien plus par respect des conventions qu'autre chose. Enfin, il peut
arriver qu'un samurai plus jeune soit disgracié, forcé de se retirer du monde et de renoncer à son ancienne vie
pour que l'on oublie ses actes honteux. Les moines ne possèdent pas les pouvoirs des shugenja mais développent
à travers une discipline physique et spirituelle rigide des potentialités humaines insoupçonnées. Ils s'intéressent
davantage que les shugenja aux besoins spirituels des castes les plus modestes et nombre de monastères
contribuent à l'entretien d'orphelinats ou d'hospices. Les enseignements de Shinsei continuent à susciter de
nombreux débats et durant les siècles, plusieurs sectes monastiques distinctes ont vu le jour. Bien que certaines
soient apparemment en contradiction flagrante avec d'autres, toutes appartiennent à la Confrérie de Shinsei et
suivent certains préceptes communs : l'ascétisme, la modestie, la compassion… Certains courants du Shinseisme
prônent l'illumination à travers la méditation, d'autres à travers le culte des Fortunes, d'autres encore par le travail
du corps et de l'esprit et malgré leurs différences, aucune ne tourne totalement le dos à l'une de ces voies.
 
Le Shinseisme, le Culte des Fortunes et les mystères des kami élémentaires ne sont pas mutuellement exclusifs et
bon nombre de shugenja sont également très versés dans le Tao de Shinsei de même que plusieurs ordres
monastiques assurent l'entretien de temples dédiés à certaines Fortunes ou ancêtres prestigieux. Bien que leurs
origines et leur quotidien diffèrent sensiblement, les shugenja et les moines partagent bon nombre de
préoccupations spirituelles et accueillent volontiers les samurai normalement voués à la guerre ou à la politique
qui souhaitent partager leurs réflexions spirituelles et métaphysiques.
 
La Vie, la Mort et le reste
 
L'unification des différents courants religieux qui existaient avant la Chute des fondateurs de l'Empire ou que
leur arrivée contribua à créer peut sembler confuse mais apparemment, elle participe bel et bien d'une réalité
globale unique et cohérente à ce qu'il semble.
Lorsque la vie d'un mortel se termine, son âme quitte le Ningen-Do, le monde des humains. Elle se rend auprès
de la fortune Emma-O, le Juge des Morts, qui résiderait dans le pays des morts que l'on nomme couramment le
Jigoku. Emma-O attribue à chaque âme le châtiment approprié à ses manques durant son existence d'être vivant.
Une fois que l'âme défunte a accompli sa punition, elle est autorisée à se réincarner, sa nouvelle vie mortelle
étant la conséquence des fautes de sa vie antérieure qu'elle a oubliée.
 
Les âmes les plus méritantes ou qui ont accompli leur destinée quittent ce cycle et deviennent des ancêtres qui
continuent à veiller sur leurs descendants.
 
Les âmes qui refusent d'accepter leur mort, qui s'estiment lésées ou qui s'égarent demeurent dans le Ningen-Do
sous forme de fantômes et persécutent leur famille, agressent les voyageurs ou tentent vainement d'accomplir
quelque chose qui leur permettra de reprendre leur route. En particulier, les défunts qui n'ont pas de famille ont
plus de chances de s'égarer car les prières de leurs proches ne les soutiennent pas sur la route vers leur prochaine
vie ou lorsqu'ils tentent de rejoindre les Ancêtres.
 
Cependant, les shugenja et les moines disent que cette croyance répandue est inexacte car incomplète. En
premier lieu, le royaume des morts n'est pas le Jigoku bien que ce terme soit utilisé également dans ce sens. Le
véritable Jigoku est un enfer chaotique et insensé duquel sont originaires les oni, les esprits démoniaques. C'est
là que Fu Leng a abouti lors de la Chute des Cieux. On pense que les morts qui sont assez mauvais pour se
retrouver dans le Jigoku sont très peu nombreux et surtout des adeptes de la magie du sang ou des adorateurs du
mal.
 
Les âmes défuntes transitent en fait par le Meido, le Royaume de l'Attente ou elles sont jugées par Emma-O.
Puis, elles se voient envoyées vers leur châtiment avant d'être autorisées à se réincarner ou à rejoindre le Yomi,
le Royaume des Ancêtres Bénis.
Il existe d'autres royaumes spirituels mais en dehors de leurs noms que peu de gens connaissent, il n'y a guère
que les prêtres et les érudits qui pourraient en dire plus à leur sujet.
 
Citons cependant pour mémoire :
 
- Tengoku, le Paradis Céleste ou seraient nés les Enfants de la Lune et du Soleil. Le royaume
d'Amaterasu, d'Onnotangu et des Fortunes ainsi que des Dragons
- Sakkaku, le royaume de la malice dont les natifs arpentent les autres royaumes pour harceler ceux qu'ils
rencontrent. Il existe plusieurs variétés d'esprits en Rokugan qui viendraient de Sakkaku.
 
- Chikushudo, le royaume des esprits animaux, d’où seraient originaires des êtres comme les esprits
renards Kitsune ou les esprits araignées Kumo par exemple.
 
- Toshigoku, le royaume du massacre dans lequel des armées se livrent à un combat éternel qui ne
s'interrompt jamais car les morts se relèvent aussitôt
 
- Gaki-do, peuplé d'esprits affamés et hostiles
 
- Yume-do, un pays de rêves évanescents où l'on pense que l'esprit des dormeurs se rend durant le
sommeil
 
En dehors des érudits et des religieux, peu de rokugani maîtrisent ces concepts et la tendance générale est de
simplifier à l'excès : les défunts se rendent auprès du juge suprême avant de pénétrer dans le royaume des morts
ou ils seront punis et préparés à leur vie future. Pour la plupart des paysans ou des gens incultes, le terme de
"Jigoku" ne désigne pas seulement l'enfer mais en fait le royaume des morts dans lequel on confond le lieu
d'attente et celui du châtiment avec le royaume des démons. Nombre de samurai adoptent également ce point de
vue simplificateur. Employer le mot "Jigoku" en soi n'est donc pas forcément terrifiant ou inquiétant. La nature
exacte des royaumes spirituels est en fait de peu d'intérêt pour la majorité des vivants. Par contre, l'Outremonde
lui est bien présent et vaut tous les Jigoku des sermons religieux…
 
Une fois que les âmes défuntes ont accomplies leur punition, elles perdent le souvenir de leur vie passée et
renaissent à nouveau comme mortels. Dans l'absolu, selon les fautes et les manques de ses vies précédentes, un
humain peut renaître dans une position analogue à celle de sa vie antérieure ou très différente. Les animaux sont
ainsi considérés comme des âmes humaines réincarnées particulièrement médiocres. Les eta ou les hinin sont à
peine mieux considérés, surtout parce qu'ils sont bel et bien humains. Les heimin ont un sort plus enviable et
enfin les enfants qui naissent dans la caste des samurai ont certainement eu des existences relativement correctes
et même honorables bien que leurs vertus n'aient pas été jugées suffisamment élevées par le juge des morts,
Emma-O.
 
Ainsi, la vie de chacun est conditionnée par son karma, par le poids de ses actes passés. Celui qui naît parmi les
eta pourra peut-être un jour dans une vie future rejoindre le Yomi s'il se comporte comme il faut alors que celui
qui naît samurai et néglige les obligations de sa caste peut très bien se retrouver dans une position bien moins
enviable la prochaine fois. Lorsque tout ce que les puissances célestes attendaient d'une âme précise a fini par
s'accomplir à travers une multitude de vies, Emma-O lui laisse alors le passage vers le Yomi.
 
Bien que le juge des morts ne se laisse pas fléchir par ceux qu'il a pour tâche de punir, il prend cependant en
compte l'idée que se font des défunts ceux qui sont encore vivants. Ainsi, Emma-O considérera avec une certaine
attention les défunts dont la cérémonie funéraire fut particulièrement sincère ou grandiose ainsi que ceux que
leurs descendants continuent à louer avec constance pour leurs actes passés. Emma-O a l'éternité devant lui et si
certaines âmes peuvent être jugées en un clin d'oeil, d'autres attendront des années ou des siècles avant de
poursuivre leur route. Prier pour ses ancêtres n'est donc pas seulement un moyen de se concilier leur
bienveillance comme on l'a déjà vu mais aussi de leur donner un petit coup de pouce pour qu'ils aient davantage
de chances d'arriver à bon port ou que leur châtiment soit un peu allégé.
 
L'Illumination
 
L'Illumination est une notion apportée à l'Empire par Shinsei qu'il est difficile de résumer mais que nous allons
expliquer sous forme d'abstraction dans le cadre de ce document.
Une âme bien vivante peut atteindre l'illumination à partir du moment ou elle découvre sa véritable nature et sa
place dans l'ordre des choses. La sincérité dans ses actes, le respect de l'univers spirituel et des autres hommes, la
lucidité envers soi-même, la sérénité obtenue par la méditation sont autant de balises sur cette route qui n'existe
pas vraiment. Il n'y a pas de réelle "recette" pour atteindre l'Illumination et si de nombreux moines pensent que
Shinsei était lui-même illuminé, il en existe autant qui prétendent qu'il a simplement tenté d'expliquer une voie
que lui-même était en train de suivre.
 
Une très belle métaphore sur le moyen d'obtenir l'illumination est fréquemment citée par les érudits ou les
moines. On raconte que lors de l'entretien que Shinsei eut avec Hantei, le premier Empereur lui demanda à un
moment de l'aider à trouver l'illumination.
 
"Je ne peux pas" lui répondit Shinsei
"Mais pourtant, vous l'avez atteinte, non ?" interrogea l'empereur.
"En quelque sorte" répondit le Petit Maître" et je sais comment j'y suis parvenu. Mais je ne sais pas comment
vous y parviendrez".
 
L'Illumination est censée transcender l'homme de son vivant mais cela n'est pas forcément visible. Ainsi, nul ne
sait si parmi ceux qui se prétendent parfois illuminés certains le sont vraiment ou pas. De toute manière,
l'illumination n'apporte rien de particulier au vivant si ce n'est qu'il est enfin conscient de sa véritable nature. On
admet couramment que cette découverte modifie considérablement le karma de l'âme mortelle et qu'après sa
mort, l'Illuminé atteindra très certainement le Yomi quand bien même la Roue Céleste lui aurait normalement
attribué une destinée toute autre. Le seul bénéfice de l'Illumination est d'ordre spirituel.
Peut-être…
 
Mais dans l'absolu, nul n'en est certain. Shinsei a disparu depuis mille ans et même si l'on admet la validité de ses
enseignements, nombreux sont ceux qui considèrent cette quête comme futile car sans objet. D'autres prétendent
que plus on cherche l'illumination et plus on est assuré de ne jamais la trouver. Enfin, certains ne voient dans
l'Illumination qu'une parabole, censée aider les gens à supporter leurs vies en espérant quelque chose de meilleur.
 
Peut-être que l'Illumination peut offrir une possibilité à une âme quelconque ou médiocre de "brûler les étapes"
dans le grand cycle de la réincarnation ?
 
Peut-être qu'elle ne vient qu'à ceux qui y sont prêts et qu'elle leur offre une destinée distincte de celle des autres
âmes ?
 
Peut-être tout simplement qu'elle n'existe même pas.
 
Fu Leng, la Maho et la Souillure.
 
A l'inverse de ses frères et soeurs, le Dieu Sombre est bel et bien devenu un dieu à part entière qui peut offrir des
pouvoirs tangibles à ses adorateurs. Malheureusement, ces pouvoirs passent tous par une sorcellerie impliquant
l'usage du sang d'êtres intelligents, la maho.
 
La maho est considérée comme le plus grand crime que l'on puisse commettre dans l'Empire, à l'exception de
porter la main sur l'Empereur. Qu'il s'inflige lui-même des blessures ou qu'il sacrifie d'autres personnes pour
obtenir la bénédiction du Frère Déchu, un maho-tsukai (un sorcier) est un être immonde qui doit être puni par la
mort. Non seulement il pratique des actes abominables mais il le fait en se prosternant devant l'ennemi éternel.
 
La maho peut dit-on conférer des pouvoirs considérables à celui qui cherche à s'en servir mais le prix à payer,
même pour lui, est toujours terrible. Animer les morts, envoûter ses ennemis, lier un oni à sa volonté par un
pacte sont des pratiques couramment attribuées à la maho. Le pouvoir de Fu Leng étant issu pour bonne part du
Jigoku, de l'Enfer, y faire appel revient à accepter l'influence corruptrice du Jigoku. Ainsi, les maho-tsukai au
même titre que les malheureux qui s'aventurent sans précautions dans l'Outremonde sont susceptibles d'être
frappés par la Souillure, l'empreinte de la corruption.
 
La Souillure s'attaque de manière insidieuse à l'intégrité physique, mentale et spirituelle de ses victimes.
Certaines se voient rapidement altérées et démasquées alors que d'autres semblent parfaitement normales mais
sont en fait rongées de l'intérieur. Tôt ou tard, la Souillure finit par asservir celui qui en est frappé, le
transformant en esclave de Fu Leng. Quelques uns des plus puissants maho-tsukai acceptent ainsi une servitude
éternelle sous forme d'êtres immondes ou de morts-vivants contre la promesse d'un pouvoir qui en fin de compte
fit d'eux les esclaves d'un dieu maléfique.
 
Les deux principales causes de la Souillure sont la pratique de la maho et l'exposition à l'environnement de
l'Outremonde. Cependant, il existe de nombreuses histoires dont la véracité est mal connue qui décrivent d'autres
moyens d'être infecté par la marque du Jigoku. Même les experts qui pourchassent les sorciers ont du mal à
distinguer les faits des superstitions dans ce domaine mais une chose est sure.
 
Il n'existe aucun remède.
 
Porter l'empreinte du Jigoku est une chose terrible. Nombreux sont les samurai qui demandent la permission de
faire seppuku quand on découvre qu'ils sont souillés. D'autres sont massacrés par leurs proches ou forcés de se
retirer dans un monastère dont jamais ils ne pourront sortir. Lorsqu'un village heimin abrite plusieurs personnes
souillées, certains seigneurs n'hésitent pas à exterminer toute la communauté avant de saler la terre et de brûler
les maisons. Au mieux, on traitera avec une certaine pitié gênée et méfiante l'homme honorable qui serait frappé
par cette malédiction car on croit couramment qu'elle le suivra jusque dans ses incarnations futures. Au pire, on
se dépêchera de le tuer et d'oublier jusqu'à son existence. Mais nul ne peut être atteint par la Souillure et
prétendre vivre comme si de rien n'était.
 
Fort heureusement, les cas de contamination sont rarissimes quand on ne pratique pas la maho ou que l'on

n'affronte pas les serviteurs du Dieu Sombre dans les étendues corrompues de son domaine.
avatar
DIEU

Messages : 200
Date d'inscription : 09/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum