Les Clans Majeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Clans Majeurs

Message par DIEU le Dim 27 Juil - 21:33

Le Clan du Crabe

Depuis la première guerre contre l'Outremonde, le Clan du Crabe veille sur les frontières australes de l'Empire et fait obstacle aux visées de Fu Leng. Ses guerriers sont réputés pour leur force et leur ténacité mais la lutte contre la Horde est permanente et ne leur laisse pas beaucoup de temps pour autre chose. Ils sont donc moins versés que les autres samurai dans les arts ou l'étiquette et on en vient facilement à les considérer comme des brutes ignares. Les guerriers du Crabe s'aventurent aussi dans l'Outremonde lui-même, par delà le Mur des Bâtisseurs. En plus des nombreux ennemis qui les attendent dans ces terres désolées, ils doivent aussi compter avec l'influence corruptrice de l'environnement lui-même. Et parmi ces valeureux guerriers, plus d'un survit tant bien que mal frappé par la Souillure, la marque de la corruption qui ronge petit à petit l'esprit, la chair et même l'âme.

Les Familles du Crabe

Hida : les descendants du Premier Crabe et fondateur du clan forment la majeure partie des samurai du Crabe. La plupart sont réputés pour leur haute stature, leur endurance et l'entraînement extrêmement dur qu'ils subissent pour devenir des bushi. Face aux légions du Kami Déchu, les Hida ont appris à utiliser toutes les armes qui pouvaient blesser des êtres souvent bien plus résistants qu'un homme. De même, ils portent sans rechigner de lourdes armures de guerre qui handicapent grandement les autres samurai. De telles protections sont rarement superflues face aux ogres et aux oni de l'Outremonde.

Hiruma : autrefois considérée comme une famille presque aussi influente que les Hida, les Hiruma qui descendent d'un éclaireur intrépide ont perdu leurs terres durant la Bataille de la Crète de la Vague il y a près de quatre siècles. Ils refusent désormais d'arborer le mon ancestral de leur famille tant qu'ils n'auront pas reconquis leurs domaines qui font à présent partie de l'Outremonde. Dans cette perspective, la plupart des Hiruma embrassent une carrière d'éclaireurs et suivent l'exemple de leur lointain ancêtre, arpentant les terres corrompues qui leur appartenaient autrefois et portant la guerre chez l'ennemi.

Kaiu : depuis leurs origines, les Kaiu dont le premier du nom était un véritable génie ont toujours été considérés comme étant les ingénieurs les plus doués de l'Empire. Et il faut reconnaître que tout leur talent n'est pas de trop face à la Horde du Sombre Seigneur. On leur doit entres autres les principaux progrès en matières de fortifications, de pièges mais aussi d'urbanisme et de forge. Les Lames Kaiu sont aussi rares que réputées et leur plus grand accomplissement est le fameux Mur des Bâtisseurs qui marque la frontière entre les terres corrompues et l'Empire depuis la Bataille de la Crète de la Vague.

Kuni : le premier Kuni était un shugenja qui tentait de comprendre d'où les serviteurs du Dieu Sombre tiraient leur force et nombre de ceux qui l'ont suivi embrassèrent cette voie particulièrement risquée. Malgré des siècles de douloureux sacrifices, de morts terribles et de folie, la famille Kuni est sans doute la plus versée dans les secrets de l'Outremonde. Ses réalisations incluent nombre de sorts et de protections permettant de lutter contre les créatures corrompues ainsi que la création de l'ordre des Chasseurs de Sorciers, les Tsukai-sagasu. Cependant, leur histoire et certaines rumeurs à leur sujet incitent les gens à se tenir à l'écart des Kuni. Une bonne partie des terres des Kuni ont été perdues en même temps que celles des Hiruma mais ils sont parvenus à en reconquérir quelques morceaux par la suite. Dans ces terres dévastées, les Désolations Kuni, on trouve des tours sinistres et isolées dans lesquelles les shugenja du Crabe se livrent dit-on à de terribles expériences sur des créatures corrompues captives… certains racontent même que si les Kuni recouvrent traditionnellement leur visage d'un épais maquillage blanc orné de motifs sinistres, c'est pour des raisons qui n'ont rien de bien honorable…

Yasuki : autrefois membre du Clan de la Grue, la famille Yasuki changea d'allégeance au 4ème siècle et son ancien clan qui perdit beaucoup dans sa défection ne lui cache pas son hostilité. Les Yasuki ont toujours été des gens avisés et subtils, à l'image de leur fondatrice qui aida le légendaire guerrier Kakita à conquérir le cœur de Dame Doji, la sœur du Premier Hantei. Mais leur talent qui fut rapidement exploité sur le terrain commercial ou diplomatique est désormais au service du Crabe et une des causes de leur défection fut une tendance prononcée pour les affaires louches qui semble toujours d'actualité. Bien que le Clan du Crabe soit relativement pauvre, une bonne partie de ses richesses est due à la loyauté et à la ruse des Yasuki.

Le Clan du Dragon

Niché dans les lointaines montagnes du nord, le Dragon a toujours été considéré comme le clan le plus isolationniste et le plus ésotérique. Bien que ses membres soient de véritables samurai et s'intéressent énormément à la spiritualité, ils ont souvent une approche originale des choses et il est difficile de se faire une opinion à leur sujet. Le Dragon est un clan difficile à comprendre et qui intervient rarement dans les affaires de l'Empire.

Les Familles du Dragon

Togashi:
Il n'y a pas vraiment de famille Togashi. Depuis que le kami Togashi a fondé le Dragon, tous ceux qui portent son nom l'obtiennent en fait en rejoignant un ordre mystérieux : les hommes tatoués ise-zumi. Bien qu'ils se comportent souvent comme des moines combattants, les ise-zumi recrutent apparemment eux-mêmes parmi les samurai des autres familles du Dragon ceux qu'ils invitent à les rejoindre. On parle aussi d'ise-zumi autrefois membres d'autres clans mais dans le fond, personne n'en sait réellement plus à leur sujet. Même par rapport aux véritables moines dont la sagesse perturbe souvent les samurai qui la recherchent, les ise-zumi sont considérés comme obscurs, excentriques et énigmatiques. Le Champion du Dragon est toujours choisi parmi les ise-zumi mais semble quitter cet ordre pour revêtir l'armure ancestrale du Dragon, une armure dont le pouvoir est presque palpable tant il est puissant.

Mirumoto :
Le premier Mirumoto, qui périt en tant que Tonnerre du Dragon face à Fu Leng, est considéré comme un des deux plus grands guerriers de l'histoire. On lui doit notamment le célèbre style de combat Niten, ou le guerrier manie simultanément le Katana et le Wakizashi. A l'image de leur ancêtre, les Mirumoto sont donc des guerriers qui manient les deux sabres en même temps et se targuent d'être aussi adaptables qu'intrépides. Il en est pour considérer leur style comme "lâche" mais il est indéniable qu'ils sont de redoutables escrimeurs. La rivalité des guerriers Mirumoto avec les bushi Kakita de la Grue remonte à la fondation des deux familles mais il n'y a nulle haine entre elles, simplement une éternelle opposition entre deux styles très différents.

Agasha :
Les Agasha s'investissent pour la plupart dans les recherches ésotériques et forment une famille de shugenja très intéressée par l'observation du monde naturel, suivant en cela l'exemple de Dame Agasha dont les travaux font encore date dans les archives de sa famille. Les recherches des Agasha les ont ainsi amenés à devenir d'excellents alchimistes, des forgerons réputés et leurs feux d'artifice sont également les plus spectaculaires de l'Empire. Les Agasha n'en négligent pas pour autant leurs devoirs spirituels et curieusement, ils forment la famille du Dragon la moins difficile à comprendre. Tout au moins c'est comme cela que l'on explique le fait que nombre d'entres eux soient également des diplomates.

Kitsuki:
Agasha Kitsuki impressionna fortement sa famille par ses capacités d'observation et de déduction qui lui permirent de trouver le véritable coupable d'un crime dont on l'accusait. Il obtint le droit de fonder sa propre famille et ses héritiers se sont en majorité voués à la magistrature ou à la diplomatie. Les Kitsuki forment des enquêteurs redoutables et des diplomates très perspicaces. Mais dans un domaine comme dans l'autre, leur facilité à se jouer des apparences qui forment la base des relations sociales rokugani fait qu'ils sont souvent considérés avec méfiance ou brocardés par les autres clans.

Le Clan de la Grue

Dame Doji, sœur aînée du premier Hantei, a toujours été considérée comme la femme qui reflétait le mieux la beauté de Dame Soleil sa mère. C'est une de ses vassales mortelles qui épousa le premier empereur et la tradition veut que depuis cette époque, chaque empereur choisisse son épouse parmi les filles de la Grue. Dame Doji était également férue d'arts et de littérature, ce qui amena son clan à contribuer grandement à l'essor de la civilisation et de ses raffinements. Les Grues forment donc le clan le plus versé dans la cour et la politique de l'Empire. Ils peuvent également se targuer d'un lien direct avec la lignée impériale puisque ce sont toujours les filles de la Grue qui mettent au monde les empereurs. On appelle souvent le Clan de la Grue "la main gauche de l'Empereur" et autant pour des raisons de tradition que de rivalités territoriales ou politiques, son opposition au clan du Lion, "la main droite de l'Empereur", est éternelle.

Les Familles de la Grue

Doji:
Les descendants de Dame Doji sont souvent admirés pour leur beauté et pour leur raffinement. On trouve parmi eux nombre de courtisans, de diplomates, de magistrats mais aussi des bushi ou des shugenja. On raconte que Dame Doji avait des yeux d'un bleu incroyable et si l'on trouve parfois cette particularité dans nombre de familles de la Grue ou même d'autres clans, les Doji sont ceux qui montrent le plus souvent cette marque unique.

Kakita :
L'époux de Dame Doji était un jeune guerrier humain qui sut conquérir son cœur. Sa rivalité avec Mirumoto était aussi célèbre que la haine dans laquelle le tenait Dame Matsu qu'il défit pour devenir le Champion du Premier Empereur. Les enfants de Doji et Kakita prirent tous le nom de leur mère à l'origine mais leur père put également léguer son nom au futur. Les descendants spirituels de Kakita sont considérés comme les artistes les plus doués de l'Empire tant ils sont perfectionnistes. Ils sont aussi célèbres pour les fameuses Lames Kakita considérées comme sans égal et les traditions martiales du premier Kakita qui fonda les principes du duel iaijutsu sont parmi les plus reconnues de l'Empire. Bien que l'école d'escrime Kakita soit celle qui reçoit traditionnellement les princes ou les empereurs depuis sa fondation, une rivalité éternelle la lie à l'école Mirumoto du Dragon et tous les Kakita doivent compter avec la haine qu'éprouvent pour eux les représentants de la famille Matsu du Clan du Lion.

Asahina :
A l'origine, le fondateur de la famille de shugenja la plus pacifique de l'Empire s'appelait Isawa Asahina et était membre du clan du Phénix. A la suite d'un conflit entre le Phénix et le Lion ou la Grue s'interposa, il se livra à des attaques destructrices contre la Grue par désir de vengeance. La fille du Champion de la Grue de l'époque sut au péril de sa vie lui faire entendre raison et il décida de l'épouser par la suite. Il amena son savoir dans son nouveau clan et obtint la permission de fonder une famille portant son nom. Ses descendants se refusent à user de violence et préfèrent utiliser leurs talents de guérisseurs ou créer les magnifiques tsangusuri, des objets dotés d'une magie éphémère qui reflète l'esprit pacifique de leur famille.

Daidoji :
Doji Hayaku était un des enfants de Dame Doji et Kakita. Lorsque sa sœur Kunishiko disparut dans l'Outremonde ou elle avait suivi Shinsei en tant que Tonnerre, il partit à sa recherche et fut absent pendant des années. A son retour, Hayaku avait prématurément vieilli et ses cheveux étaient devenus blancs. Il jura de veiller sur son clan et fonda la famille Daidoji. Les Daidoji forment le gros des armées du Clan de la Grue et on les redoute pour leurs tactiques que certains n'hésitent pas à qualifier de fourbes bien que leur courage soit indéniable. Avec la défection des Yasuki au profit du Clan du Crabe, les Daidoji ont également repris le contrôle des activités commerciales de la Grue qui est le clan majeur dont les terres sont les plus riches. Leur rivalité avec les Yasuki est cependant bien plus que simplement politique ou économique. En hommage à Doji Hayaku, nombre de Daidoji des siècles passés se teignaient les cheveux en blanc et cette pratique s'est généralisée au point de s'étendre à la majorité des samurai du Clan de la Grue.

Le Clan de la Licorne

Lorsque Shinjo mena ses suivants hors de l'Empire il y a onze siècles, ils formaient le Clan de la Ki-rin. Leur périple et leurs errances forment un chapitre à part entière car l'histoire de leurs voyages ne compte pas moins de huit siècles. Lorsqu'ils revinrent en Rokugan, il fallut plusieurs batailles et un certain temps avant que l'on ne reconnaisse dans le Clan de la Licorne les descendants de ceux qui étaient partis bien des siècles plus tôt. Après plus de deux cent ans de réadaptation, les descendants de Shinjo qui ont adopté durant leurs voyages des groupes de gaijin demeurent un clan particulièrement exotique dans un Empire qui n'a guère d'intérêt pour ce genre de choses. Cependant, certaines choses comme le verre soufflé, le cuir, l'opium médicinal et surtout les redoutables techniques de combat monté de la Licorne ont lentement commencé à se voir reconnaître une place dans l'Empire d'Emeraude. Néanmoins, les influences étrangères se font encore sentir dans les traditions de la Licorne, dans l'apparence de certains de ses samurai et même dans les noms qu'ils choisissent parfois.

Les Familles de la Licorne

Shinjo:
Les suivants de l'intrépide Shinjo se considèrent comme le Peuple du Vent et leur cœur conserve sa nature errante au point que nombre d'entres eux continuent à mener une existence semi-nomade sur les terres de la Licorne. Les Shinjo ont apporté de nombreux changements dans l'art de la guerre rokugani avec leur considérable savoir en matière de cavalerie et leurs grandes montures gaijin. Guerriers audacieux, ils comptent aussi de nombreux magistrats errants dans leurs rangs, des hommes et des femmes voués à la justice qui ont pleinement embrassé l'idéal de l'Empire qui les a accueilli en son sein.

Ide:
Le premier Ide qui accompagna Shinjo était un homme de paix et ceux qui prirent son nom décidèrent de suivre sa voie. Nombre de contacts fructueux que noua le clan de la Licorne durant ses voyages sont leur œuvre et ils ont été essentiels dans les premiers échanges que leur clan eut avec les autres maisons de l'Empire lorsque la Licorne revint à Rokugan. Les Ide non contents d'être des diplomates respectés forment également des négociants avisés et ils ont la mainmise sur la puissance financière considérable du Clan de la Licorne. Ils contrôlent également l'essentiel des quelques importations autorisées par la loi impériale.

Otaku:
Otaku première du nom était une des suivantes de Shinjo célèbre pour son silence. Elle devint le Tonnerre de la Ki-Rin et accompagna Shinsei dans l'Outremonde. Sa fille adoptive fonda la maison Otaku dont la tradition veut que le nom soit transmis par les femmes. La quasi-totalité des filles de la famille Otaku rejoint l'école de cavalerie des Shiotome, les fameuses Vierges de Bataille redoutées dans tout l'Empire pour leurs charges à cheval silencieuses et terrifiantes. Leurs époux quant à eux élèvent les fabuleuses Montures Otaku. Ces animaux sont les chevaux les plus réputés de l'Empire et l'on raconte que le sang même de Shinjo coulerait dans leurs veines. Seules les Shiotome ont le droit de monter un tel animal si l'on excepte quelques rares montures offertes à des alliés de la Licorne ou à la maison de l'Empereur.

Iuchi :
La famille Iuchi représente un véritable défi aux autres familles de shugenja car ses enseignements combinent les traditions de l'aube de l'Empire avec les nombreuses découvertes que le perspicace Iuchi et ses descendants firent durant les longs voyages de leur clan. Les shugenja Iuchi qui aiment arborer leurs mystérieuses amulettes gravées se montrent cependant conciliants et ont adopté sans trop d'efforts le système spirituel rokugani qui dans le fond n'a pas tant changé que cela depuis leur départ.

Moto :
Moto était un barbare qui accepta de servir Shinjo avec sa tribu. Ce sont eux qui introduisirent les grands chevaux gaijin que les Shinjo adoptèrent rapidement. Pendant longtemps, la vaillance et le nombre des samurai de la famille Moto donnèrent à penser que leur puissance finirait par éclipser celle des Shinjo mais peu après le retour de la Licorne à Rokugan, le destin joua aux Moto un tour sinistre. Leur daimyo, Moto Tsume, emmena la plupart de ses guerriers dans une expédition audacieuse au cœur de l'Outremonde dont bien peu revinrent en vie. Malheureusement, près de trois cent ans après ce désastre Moto Tsume et ceux qui le suivirent continuent à chevaucher dans l'Outremonde, guerriers morts-vivants voués au service de Fu Leng qui forment la sinistre Garde Noire. Leurs parents rokugani vivent dans la honte et la plupart souhaitent détruire les monstres qui ont trahi leur nom. Les Moto rokugani sont facilement reconnaissables car ils portent souvent le blanc (la couleur de la mort) et une impression de malaise palpable se dégage en leur présence. On préfère les éviter et rares sont ceux qui acceptent même de leur adresser la parole, ou d'écouter leurs avis.

Le Clan du Lion

Le Lion a toujours formé le gros des armées de l'Empire et c'est à ses fondateurs que l'on doit la quasi-totalité des traditions militaires impériales ainsi que les fondements même du Code du Bushido. On appelle souvent le Clan du Lion "la main droite de l'Empereur" et si ses soldats sont célèbres pour leur discipline et leur courage indomptable, le Lion est aussi réputé pour son intransigeance sur les questions d'honneur. Cela n'empêche pas nombre de samurai du Lion d'être également fort versés dans les arts de la cour car ils ont le souci constant de se montrer digne de leurs ancêtres et de l'image de leur maison. Le Clan du Lion éprouve cependant une certaine rivalité teintée de mépris envers le Clan de la Grue et plusieurs problèmes frontaliers ne contribuent pas à apaiser une situation qui dure depuis des siècles.

Les Familles du Lion

Akodo:
Les descendants du kami Akodo se veulent l'incarnation même de ses vertus et de ses attentes. Ils vouent un respect immense au texte intitulé "Commandement" qui représente même aux yeux du reste de l'Empire le traité fondateur en matière d'honneur guerrier et de stratégie militaire. Les Akodo sont réputés pour leur maîtrise de soi, leurs compétences à l'épée ainsi que leur connaissance de l'histoire mais on les redoute encore davantage pour leurs talents de stratèges. Une croyance vieille comme l'Empire veut d'ailleurs qu'aucune armée commandée par un général de la famille Akodo n'ait jamais été vaincue.

Matsu :
Dame Matsu était le Tonnerre du Lion mais avant de partir dans l'Outremonde, elle était déjà célèbre pour son courage presque dément et son intransigeance. Sa famille n'a pas oublié la haine qu'elle éprouvait pour Kakita du Clan de la Grue qui l'avait vaincue lors du tournoi qui devait déterminer le premier champion de l'Empereur. Les Matsu représentent la majorité des samurai du Lion et leur courage incroyable ne s'est jamais démenti au cours des siècles. La tradition veut que les femmes aient une position dominante dans la famille Matsu et ce sont les époux qui prennent le nom de leur dame quand ils épousent une de ces femmes. La majorité des daimyo de la famille Matsu durant l'histoire furent des femmes bien que les traditions familiales n'empêchent nullement les hommes de se hisser aux plus hautes positions.

Kitsu:
On raconte que le grand Akodo fit autrefois la guerre aux Kitsu, un peuple légendaire tombé dans l'oubli. Au moment de remporter la victoire, il comprit qu'ils n'étaient pas une menace pour Hantei ni des serviteurs de l'Outremonde et que ce conflit avait été totalement inutile. Les cinq derniers Kitsu furent adoptés dans le clan du Lion et Akodo leur offrit ses filles pour épouses. Quel que soit le fondement de cette légende, la famille Kitsu veille à travers ses shugenja extrêmement traditionalistes sur la vie spirituelle des samurai du Lion. On raconte également que les sodan-senzo qui forment l'école la plus restreinte des shugenja Kitsu sont capables de communier avec les Shiryo, les esprits des ancêtres bénis qui peuvent ainsi guider leurs descendants et participer par delà la mort à la grandeur du clan du Lion. La famille Kitsu prétend que le peuple légendaire ressemblait énormément aux grands félins qui ont donné son nom au Clan du Lion. Nombre des représentants de cette famille arborent des perruques dorées ou se teignent les cheveux durant les grandes occasions et avec le temps, de telles pratiques se sont étendues au reste du clan. Désormais, il n'est pas rare de voir des samurai du Lion arborer une magnifique crinière dorée, teinte ou postiche.

Ikoma:
Les samurai de la famille Ikoma sont des archivistes et des historiens mais aussi des diplomates réputés. Ils forment également des tacticiens respectés par les stratèges Akodo et leurs bardes omoidasu parcourent l'Empire pour collecter les hauts faits des nobles samurai de tous les clans et en faire des relations et des pièces de théâtre qui traverseront les siècles. Une telle versatilité témoigne du respect des Ikoma envers leur fondateur, un mortel qui impressionna le grand Akodo par son intelligence, son audace, sa soif des plaisirs de la vie, son franc-parler et son pragmatisme. A l'encontre de la plupart des samurai, les Ikoma n'hésitent pas à témoigner de leur émotivité et même à se montrer parfois très éloquents et expansifs, arguant du fait qu'on ne saurait respecter l'histoire, les légendes et la grandeur d'autrefois de manière timorée ou sans restituer toute la vigueur et la force d'évènements glorieux. Ils prennent également un malin plaisir à raconter les innombrables légendes concernant le premier Ikoma qui, si la moitié d'entres elles sont vraies, devait être un personnage des plus singuliers.

Le Clan du Phénix

Fondé par le kami Shiba, le clan du Phénix est voué aux traditions spirituelles et magiques. Son fondateur était après tout celui qui transcrivit les enseignements que Shinsei dispensa au premier Empereur et on ne compte plus les légendes qui témoignent de sa compassion et de son souci des mortels. Vivant dans les montagnes et les forêts du nord-est, le Phénix est relativement à l'écart mais cependant beaucoup moins isolationniste que le Clan du Dragon son voisin. Bien qu'ils ne soient pas aussi résolus que les pacifiques shugenja Asahina de la Grue, les samurai du Clan du Phénix sont cependant en majorité des gens paisibles et qui préfèrent éviter de recourir à la violence. Leur savoir ésotérique et leur maîtrise des arts magiques sont à l'inverse encore inégalés à ce jour et on leur doit la plupart des enseignements communs aux différentes écoles de shugenja de l'Empire.

Les Familles du Phénix
Shiba:
Lorsque Shiba fonda son clan, il rencontra le puissant shugenja Isawa que l'on considère encore comme étant le plus grand pratiquant des arts magiques de l'humanité. Après plusieurs rencontres infructueuses, Isawa accepta de rejoindre le clan du Phénix avec son peuple et de devenir le Tonnerre du Phénix si Shiba acceptait de protéger les siens jusqu'à la fin des temps. Alors le kami Shiba, demi-dieu issu du Soleil et de la Lune, mit un genou à terre devant un mortel et voua ceux qui portaient son nom à la protection des Isawa. Mille ans plus tard, les Shiba prennent toujours ce vœu au sérieux. La plupart d'entres eux deviennent des bushi et bien que les guerriers du Phénix, clan pacifique s'il en est, n'aient pas une réputation à l'égal d'autres écoles plus prestigieuses, leur fidélité et leur tempérance sont reconnues dans tout l'Empire. Le serment de Shiba se traduit également d'une manière plutôt inédite puisqu'à l'encontre des traditions séculaires, le Champion du Clan du Phénix (toujours un membre de la famille Shiba) accepte depuis les origines de partager son autorité avec le Conseil des Maîtres Elémentaires de la famille Isawa. Ceux ci président donc de fait pour une part non négligeable à la destinée de tout leur clan. La famille Shiba compte aussi des artistes de qualité bien que leur réputation et leur nombre n'égalent pas les prestigieux artisans de la famille Kakita.

Isawa :
Le shugenja légendaire suivit Shinsei dans l'Outremonde et c'est grâce à ses connaissances que l'âme de Fu Leng put être enfermée dans les Douze Parchemins Noirs confiés à la garde du clan du Scorpion. Les élèves et les descendants d'Isawa ont perpétué ses traditions et ont fait de sa famille la plus puissante parmi les shugenja de l'Empire. Les shugenja Isawa comptent dans leurs rangs des spécialistes de la magie élémentaire sans égaux, les Tensai, ainsi que les étranges et rarissimes Ishiken qui maîtrisent dit-on la magie du Vide. Le Conseil des Maîtres Elémentaires des Isawa rassemble les plus puissants shugenja de l'Empire et il n'est pas de groupe de shugenja plus versés dans les mystères des kami.

Asako:
Asako était une des suivantes de Shiba particulièrement appréciée de celui-ci. Elle connut un grand chagrin lorsque son époux Yogo, maudit par Fu Leng, dut la quitter et rejoindre le clan du Scorpion mais sa sagesse ne fit que croître avec les années. Ses descendants vivent de manière recluse bien qu'ils ne soient ni des moines, ni des ascètes et ils sont encore plus portés sur les mystères de l'âme humaine et de la sagesse des cieux que les autres samurai du Phénix. Ils comptent dans leurs rangs nombre d'archivistes et d'historiens mais aussi des diplomates et les redoutés Inquisiteurs qui sont formés pour traquer les pratiquants des arts interdits dans tout l'Empire.

Le Clan du Scorpion

Les samurai du Scorpion disent que lorsque Shinsei rencontra Bayushi, il lui prouva qu'il lui restait encore bien des choses à apprendre en matière de mensonges. Toujours selon la légende, c'est à la suite de cette rencontre que Bayushi se mit à porter un masque et il en est pour dire qu'il perdit délibérément face à son jumeau Shiba dans le tournoi qui devait déterminer qui serait l'Empereur. D'autres disent que cette histoire est erronée car Shinsei ne rencontra les Kami Fondateurs que bien après la naissance de l'Empire. Ce conte est censé expliquer pourquoi tous les membres du Scorpion ou presque portent un masque, imitant en cela Bayushi. Quoi qu'il en soit, le premier Bayushi accepta de servir son frère Hantei et de veiller sur son empire quels que soient les moyens à utiliser. Au cours des siècles, le clan du Scorpion a ainsi fini par acquérir une réputation des plus ambiguë car il n'est pas un stratagème, pas une manœuvre, pas un acte odieux que ses membres refuseraient d'envisager pour parvenir à leurs fins. Et si a plus d'une reprise certains samurai du Scorpion ont été pris à manigancer pour faire avancer des intérêts plus personnels, les châtiments que le clan inflige à ceux qu'il considère comme des traîtres sont sans doute les plus terribles de l'Empire.

Bayushi :
La famille du fondateur du Scorpion a largement contribué à ce que l'on surnomme leur clan "le clan des secrets" car il n'est pas un acte honteux ou un fardeau déshonorant qu'ils ne soient en mesure de découvrir s'ils le souhaitent. Les courtisans Bayushi sont craints et respectés dans toutes les cours de l'Empire pour leurs aptitudes à faire apparaître en public le déshonneur caché de leurs adversaires. Les guerriers de la famille Bayushi sont également rompus à des tactiques qui sont considérées comme indignes par les autres clans mais que les Bayushi justifient par leur ancien serment. Ils ont juré de protéger l'Empire par tous les moyens face à des dangers visibles ou invisibles qui eux ne s'embarrassent pas forcément de l'honneur.

Shosuro :
La fille adoptive de Bayushi était connue pour ses capacités de déguisement et elle impressionna même le fondateur du Scorpion. Shosuro accompagna Shinsei dans l'Outremonde en tant que Tonnerre du Scorpion et elle fut le seul membre de cette expédition décisive à en revenir vivante. Elle survécut juste assez longtemps pour se prosterner devant l'Empereur et lui remettre les Douze Parchemins Noirs d'Isawa qui retenaient l'âme de Fu Leng captive. L'Empereur décida alors de confier au Scorpion la garde des Parchemins Noirs. Les élèves de Shosuro formèrent une famille dont l'Empire connaît surtout les célèbres acteurs Butei qui égalent ceux de la famille Kakita bien que nombre de samurai Shosuro rejoignent également des écoles de bushi ou de courtisan. Les liens entre les familles Shosuro et Bayushi sont étroits et nombre de membres de ces deux augustes lignées sont réputés pour leur beauté exceptionnelle.

Soshi:
Soshi était un homme aux origines des plus incertaines qui se mit au service de Bayushi après la victoire des Tonnerres. Il possédait apparemment une grande maîtrise des arts magiques et ses efforts ainsi que ceux des shugenja qui le suivirent permirent au clan du Scorpion de disposer de nombreux moyens magiques pour conserver ses secrets… et découvrir ceux des autres.

Yogo:
Le scorpion est le seul clan qui dispose de deux familles de shugenja mais Yogo était à l'origine l'époux d'Asako et membre du clan du Phénix. Maudit par Fu Leng et condamné à trahir ceux qu'il aimait, il fut recueilli par Bayushi qu'il n'avait jamais apprécié mais qui le persuada d'entrer à son service par ces mots qui sont restés dans l'histoire "Mais Yogo, tu ne m'aimes pas". C'est encore Bayushi qui obtint de l'Empereur la garde des Douze Parchemins Noirs et les confia à Yogo. La famille Yogo a mené de nombreuses recherches visant à protéger les Parchemins Noirs des serviteurs du Dieu Sombre et ses glyphes de protection connaissent bien des usages. On peut supposer que les Yogo qui savent ou sont les Parchemins sont peu nombreux mais à l'inverse, tous les membres de cette famille sont porteurs de la malédiction de leur fondateur. Cette malédiction peut se concrétiser de manière anodine ou dramatique selon les individus mais chacun sait, à défaut de pouvoir la contrôler, quand il en est libéré car elle ne fait effet qu'une fois. Cependant, bien que l'amour ne soit pas censé entrer en ligne de compte dans ce genre de choses, les traditions du Scorpion veulent que l'on évite de marier à l'intérieur du clan les Yogo qui ne se sont pas encore débarrassés de leur malédiction. Peut-être que la malédiction peut se manifester contre toute personne envers laquelle un Yogo aurait de l'estime ? A moins que le Scorpion n'admette ainsi silencieusement que nombre de ses membres attachent une importance aux sentiments qui devraient normalement passer bien après leur devoir…
avatar
DIEU

Messages : 200
Date d'inscription : 09/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum